Cinéma le Colisée


Nous vous rappelons que le port du masque est obligatoire pour rentrer dans le cinéma (hall), et recommandé dans la salle.


     Lien vers la page Facebook logo facebook

Lien vers la page Allociné allocine-logo

Lien vers le site internet du Cinéma logo colisée

LES TARIFS

 

-Plein tarif: 6€

-Tarif spécial: 5€

(étudiants, demandeurs d’emploi, handicapés, -18ans, carte cos, carte cezam)

-Abonnement : 55€

(les 10 places valables 1 an)

-Supplément 3D : 2€

(sur tous les tarifs abonnés inclus)

 

Important:Certains films sont susceptibles d’être projetés dans différentes versions (V.O, V.F, 2D, 3D). Soyez donc attentifs aux indications figurants sous l’horaire du film.

Pour plus d’infos vous pouvez nous contacter

– par téléphone : 05.55.69.39.32 ou (port)07.52.04.03.02

– par mail : cinema@briancecombade.fr

– sur la page facebook du cinema dont vous trouverez le lien tout en haut de cette page

Le programme est également disponible dans les bibliothèques intercommunales dans les mairies, à l’Office de Tourisme Briance-Combade, chez les commerçants et au bureau de la Communauté de communes.

 


A partir du mois de juin , vous pourrez vous fournir en confiserie, pop corn et boissons, directement dans votre cinéma.
En raison des tarifs (riches en centimes) et en attendant l’arrivée du paiement par carte, nous demandons a nos clients de prévoir l’appoint (si possible).
pour les boissons, un frigo doit arriver avant l’été

020 005 017


« Avec le CLAP, découvrez un court avant le long ! »

Régulièrement, le cinéma « Le Colisée » proposera un court métrage avant le long métrage.

Les séances « Un court avant le long » seront signalées sur le programme à l’aide d’un logo.

Cette opération est organisé en partenariat avec l’association CLAP. Le CLAP opère une sélection de court- métrage à contenu divers pour les petits et les grands, de la fiction, de l’animation, des courts documentaires ainsi que des compléments de programme autour d'actualités.

Catalogues des courts-métrages 2020

 

 

                                                                                   

 

Chouchou du mois !

Adieu Les Cons - film 2020 - AlloCiné

Le Sommet des Dieux

LE SOMMET DES DIEUX

A Katmandou, le reporter japonais Fukamachi croit reconnaître Habu Jôji, cet alpiniste que l'on pensait disparu depuis des années. Il semble tenir entre ses mains un appareil photo qui pourrait changer l’histoire de l’alpinisme. Et si George Mallory et Andrew Irvine étaient les premiers hommes à avoir atteint le sommet de l’Everest, le 8 juin 1924 ? Seul le petit Kodak Vest Pocket avec lequel ils devaient se photographier sur le toit du monde pourrait livrer la vérité. 70 ans plus tard, pour tenter de résoudre ce mystère, Fukamachi se lance sur les traces de Habu. Il découvre un monde de passionnés assoiffés de conquêtes impossibles et décide de l’accompagner jusqu’au voyage ultime vers le sommet des dieux.
Le Sommet des Dieux

Un sommet du manga

À l’origine du Sommet des Dieux, il y a le roman de l’écrivain japonais Baku Yumemakura, publié sous forme de feuilleton entre 1994 et 1997. Ce récit d’ascensions qui confronte deux destins inspire le mangaka Jirô Taniguchi qui, avec la complicité de Yumemakura, signe une adaptation fleuve en 5 tomes aux éditions Shueisha entre 2000 et 2003. En France, où ils sont édités par Kana, 380 000 volumes s’écoulent et leur auteur reçoit notamment le prix du meilleur dessin au Festival d’Angoulême en 2005.
Le Sommet des Dieux

Avec l’accord du maître

C’est après avoir lu le manga de Jirô Taniguchi que le producteur et scénariste Jean-Charles Ostorero a eu d’emblée envie d’en faire un film. Il a contacté Corinne Quentin, une française Tokyoïte d’adoption, qui gérait les droits du Sommet des Dieux et qui en a parlé à Taniguchi : « Il s’est montré très heureux de ce projet d’adaptation en film d’animation alors qu’il avait mis toutes ses forces dans le dessin du manga. Un encouragement essentiel pour lancer la production. » Le scénario et des dessins préparatoires ont pu être montrés à Taniguchi peu avant sa mort, en 2019. Ostorero se souvient : « il nous avait fait un retour très favorable. Il était très respectueux des œuvres adaptés, puisque son manga était déjà une adaptation ».

 

# Tous Au Cinéma

Facebook du cinéma

  La ville entrée n'a pas été trouvée