Chouchou du mois

La Mule : Affiche

LA MULE

À plus de 80 ans, Earl Stone est aux abois. Il est non seulement fauché et seul, mais son entreprise risque d'être saisie. Il accepte alors un boulot qui – en apparence – ne lui demande que de faire le chauffeur. Sauf que, sans le savoir, il s'est engagé à être passeur de drogue pour un cartel mexicain.
Extrêmement performant, il transporte des cargaisons de plus en plus importantes. Ce qui pousse les chefs du cartel, toujours méfiants, à lui imposer un "supérieur" chargé de le surveiller. Mais ils ne sont pas les seuls à s'intéresser à lui : l'agent de la DEA Colin Bates est plus qu'intrigué par cette nouvelle "mule".
Entre la police, les hommes de main du cartel et les fantômes du passé menaçant de le rattraper, Earl est désormais lancé dans une vertigineuse course contre la montre...
La Mule : Photo Clint Eastwood

Histoire vraie

La Mule est inspiré de la vie de Leo Sharp (Earl Stone dans le film), vétéran de la Seconde Guerre mondiale. Ce dernier est devenu dans les années 80 le transporteur de drogue le plus âgé et le plus prolifique du Cartel de Sinaloa. "La meilleure mule de l’histoire du cartel de Sinaloa était celui auquel on s’attendait le moins : un vieux monsieur de 90 ans qui voyageait pour son travail. Ils l’adoraient. Ils le recevaient comme un roi et le laissaient faire ce qu’il voulait. C’est à partir de là que j’ai commencé", explique le scénariste Nick Schenk.
La Mule : Photo Clint Eastwood

Clint derrière ET devant la caméra

Ces dernières années, Clint Eastwood n’est passé qu'à de rares occasions devant la caméra, mais Earl l’a convaincu de retenter l'expérience. Son dernier rôle datait de 2012 dans Une nouvelle chance"J’ai lu l’article du New York Times qui parle du vrai type dont est inspiré le personnage d’Earl, et je me suis dit que ce serait amusant de jouer quelqu’un de cet âge-là… C’est à dire de mon âge en fait. J’aime à penser que je suis toujours en train d’observer, d’apprendre, et Earl est comme ça, lui aussi. Plus on avance en âge, plus on se rend compte qu’on ne sait rien. Du coup, on continue à avancer." La productrice Kristina Rivera déclare : "Quand j’ai lu le scénario, j’ai bien vu que Nick avait écrit le rôle d’Earl en pensant à Clint, et je l’imaginais très bien sous les traits du personnage". Kristina Rivera a aussi été séduite par les thèmes abordés dans le film comme le regret, le pardon, la récompense – des sujets qui, selon elle, "font écho chez les gens à plusieurs niveaux. Ce que j’ai aimé dans cette histoire, c’est qu’elle parle des deuxièmes chances et du fait qu’il n’est jamais trop tard pour se rendre disponible pour sa famille, même si on a commis des erreurs par le passé."

Facebook du cinéma

Chateauneuf-La-Foret

Aujourd'hui16°
Demain16°
Samedi15°
Dimanche15°